404 Not Found
404 Not Found
Please forward this error screen to wedlink.buklsainsa.org's WebMaster.

The server can not find the requested page:

  • wedlink.buklsainsa.org/koie.txt (port 80)

Evenements

Le Point

20 mars 2008

Donna Leon, l’Américaine de Venise
« Son héros, Guido Brunetti, commissaire vénitien, peut remonter à la source de toute affaire foireuse, criminelle, puante. « Décent, bon, contemplatif, un homme qui se bat seul contre la méchanceté du monde ! […] » Seul, pas tout à fait, car à ses côtés se tient, tout aussi droite que Donna Leon, Paola, son épouse, aristo de gauche – et redresseuse de torts. »

Brigitte Hernandez
> Lire l’article
http://www.lepoint.fr/

Le Figaro Magazine

8 mars 2008

Donna Leon, maraîchère à Venise
« De sang et d’ébène, son dernier roman, ne s’ouvre certes pas sur une scène de repas. Les petits plats de Paola, l’épouse de Brunetti, font pourtant tout le sel de ses aventures. Cette fois-ci Donna Leon a préféré décrire un marché gastronomique, théâtre du meurtre d’un vendeur ambulant. […] Les recettes de Paola Brunetti, en effet, font tant saliver les lecteurs que cette millionnaire du livre s’apprête à les publier. »

Delphine Moreau
> Lire l’article
http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/

Le Figaro Magazine

16 juin 2007

Dissimulation de preuves
« Des succulentes recettes de Mme Brunetti aux savoureux us et coutumes de la cité des Doges, le dernier opus de Donna Leon se laisse déguster sans bouder son plaisir. L’acuité du sens critique de cette Américaine, Vénitienne d’adoption, n’y est sans doute pas étrangère ! »

Géraldine Denost
> Lire l’article
http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/

Le Monde 2

7 avril 2007

Mortels polars à Venise
« C’est une fonceuse que l’ambition n’a pas dévorée, une amuseuse qui vomit le dilettantisme, une courageuse qui ne supporte pas la violence. Un personnage excentrique en somme et parfaitement lucide, qui cultive une originalité magistrale – au moins pour l’époque : elle n’est pas guidée par l’appétit du pouvoir ni par celui de l’argent, et l’ivresse de la notoriété lui fait franchement horreur. »

Le Monde 2
> Lire l’article
http://www.lemonde.fr/

Lire

2 avril 2007

« [Le commissaire Guido Brunetti] Un homme opiniâtre et entier, découvert avec Mort à la Fenice. Père de deux enfants, Raffaele et Chiara, Brunetti est marié à la compréhensive Paola, fervent lectrice de Henry James, à l’instar de sa créatrice. Laquelle se montre plutôt rosse avec les Vénitiens et leurs mœurs dissolues.

A la lire, corruption et magouilles financières pullulent des deux côtés du canal. »

Alexandre Fillon
> Lire l’article
http://www.lexpress.fr/culture/livre/

Le Magazine Littéraire

1 avril 2007

Morte à Venise
« Comme la majorité des autres romans de Donna Leon, Dissimulation de preuves repose sur des structures classiques. Pourtant, on ne peut nier que le récit n’arrête pas d’accrocher l’attention et, à travers une multitude de détails offre un certain charme – ce genre de charme qu’on éprouve lorqu’on parcourt, le cœur serré, un album de photos personnelles. Car Donna Leon possède, selon le titre d’un de ses essais, les « bons plans pour écrire un polar. »

Alexandre Lous
> Lire l’article
http://www.magazine-litteraire.com/

Page 8 sur 11« Premiere...678910...Derniere »